Roman·Russie

« La Soif » – Andreï GUELASSIMOV – Ed. Babel Actes Sud

Résultat de recherche d'images pour "la soif"Quatrième de couverture :

« Constantin, dit Kostia, un jeune bidasse russe est revenu de son service militaire en Tchétchénie le visage monstrueusement brûlé après l’attaque de son tank par les boeiviki.
Pour oublier, Kostia, dont le visage terrorise les enfants, va se mettre à boire comme seuls les Russes savent le faire… à mort. Suivant ainsi l’enseignement d’un peintre raté, qui lui apprit deux choses : boire de la vodka sans simagrées (lui-même souffre d’une Soif inextinguible) et ouvrir ses yeux au monde pour mieux le peindre. Un voyage entrepris avec deux de ses camarades partis à la recherche du quatrième rescapé de l’équipage de tankistes qu’ils formaient en Tchétchénie Sauvera Kostia de la plongée dans le néant éthylique. Dans ce périple à travers les villes russes, leurs gares, leurs rues, leurs faunes, Kostia mettra en pratique la seconde leçon essentielle de son maître : apprendre à voir, donc à dessiner, donc à vivre. »

Couverture :

Une couverture de David Foldvari, résolument sobre mettant en scène un homme que l’on s’imagine soldat, qui semble meurtrit au niveau du cou. Le fond jaune rappelle la couleur de la gaité, de la vie. David Foldvari, illustrateur Londonnien, a un style plutôt sombre, en noir et blanc. Il a travaillé sur des projets pour des clients d’envergures tels que Nike, les éditions Penguin ou encore le célèbre journal « New York Times »

L’avis d’Emeraude Littéraire :

J’ai découvert ce petit roman au travers d’un article publié sur le site lecteurs.com. Étant attirée par tout ce qui touche à la Russie, j’ai souhaité en savoir plus sur ce court roman qu’est « La Soif » publié aux éditions Acte Sud, qui me semblait prometteur.

Petit topo sur l’histoire : Constantin est un jeune homme, accro à la de vodka dans laquelle il trouve une façon d’oublier sa condition physique. Alors qu’il effectuait son service militaire en Tchétchénie, Constantin (alias Kostia, un diminutif russe affectif) et ses trois compatriotes de guerre sont victimes d’une grenade alors qu’ils se trouvaient dans un tank. Le visage à jamais mutilé par cette attaque ennemi perpétrée par les boeiviki ( terme désignant les rebelles indépendantistes), on va découvrir au fil des pages la vie de ce personnage, notamment de son enfance marquée par Alexandre Stepanovitch, directeur de son école de bâtiment qui va lui apprendre à voir ce qu’il dessine, à percer les détails et à les analyser sous un angle différent et à donner de l’importance au monde qui l’entoure. Tout au long du récit on découvre sa scolarité, sa famille, ses doutes, son caractère calme voire introverti qui lui permet d’accepter les choses, je dirai même presque de les subir. Lire la suite « « La Soif » – Andreï GUELASSIMOV – Ed. Babel Actes Sud »

Publicités
Manga

« Lyla & la bête qui voulait mourir » – Asato KONAMI et Eziwa SAITA – Ed. Kioon

Résultat de recherche d'images pour "lyla la bete qui voulait mourir"Quatrième de couverture :

« Dans une ville ravagée par la corruption, l’argent et la force font loi. La vie est particulièrement dure pour les chimères, mi-hommes, mi-animaux. Méprisées de tous, elles forment la plus basse des castes. Aron en fait partie. Pire, il a été élevé comme une bête par un parrain de la mafia dans le seul et unique but de tuer. Isolé et maltraité, il a gardé l’âge mental d’un enfant. Son seul refuge est un livre d’images dans lequel une petite fille aux yeux bleus emporte le héros de l’histoire au paradis. Aron ne rêve que d’une chose : trouver cet ange pour être délivré de sa vie de souffrances. Alors quand, au cours d’une mission, il tombe sur Lyla, jeune fille aux yeux du même bleu que le personnage du conte, c’est la révélation : c’est elle qui le libérera ! Pour la première fois de son existence, il désobéit aux ordres de son maître et s’enfuit avec elle ! À présent, il a la mafia aux trousses, dans un monde qu’il ne connaît pas, avec pour compagne une fille qui le hait plus que tout… »

Couverture :

La couverture m’a attirée de par la représentation d’Aron, la chimère que je trouvais plutôt bien réalisée. Les couleurs s’accordent bien et on retrouve bien la représentation des bas fonds de la ville dans laquelle évoluent les personnages. Premier manga pour Eziwa SAITA, qui ne saurait encore nous étonner par la suite ;).

L’avis d’Emeraude Littéraire :

Jolie découverte que ce manga « Lyla & la bête qui voulait mourir – T1 » au scénario Asato KONAMI publié aux éditions Kioon dont l’article du magazine Coyote Mag m’avait donné l’eau à la bouche. Lire la suite « « Lyla & la bête qui voulait mourir » – Asato KONAMI et Eziwa SAITA – Ed. Kioon »

Feel Good·Roman

« Je ne sais pas dire je t’aime » – Nicolas Robin – Ed. Livre de Poche

Image associéeQuatrième de couverture :

« Paris, tu l’aimes ou tu la quittes. C’est une injonction quotidienne pour qui se retrouve la joue écrasée contre la vitre d’un métro bondé ou se fait bousculer sur le trottoir par un type mal dégrossi.
Dans ce tohu-bohu parisien, Francine déterre un passé longtemps enseveli devant un guichet d’état civil ; Juliette rêve d’avoir la beauté fulgurante d’une actrice qui éclate de rire sur un tapis rouge ; Joachim devient célèbre malgré lui en se faisant larguer en direct à la télé ; Ben essaie de ne pas finir comme ceux qui picorent leurs petits pois, le nez dans l’assiette, sans adresser un mot à l’autre.
Un chassé-croisé plein d’humour et de tendresse au cœur d’une ville, épicentre de l’amour, où il est parfois difficile de se dire je t’aime. »

Couverture :

Une couverture assez sobre et lumineuse pour ce petit roman tout mignon. Le côté cactus rappelle le piquant de l’histoire, les épreuves que doivent passer l’ensemble des personnages, mais des piquants colorés, qui réservent sommes toutes de bonnes surprises. Le côté décalé de la couverture fait bien écho aussi à certains passages de l’histoire, rien n’est figé, rien ne rentre dans des cases comme on pourrait parfois le penser. Le concombre dans un pot qui se prend pour un cactus est plutôt bien trouvé pour représenter le livre ;).

L’avis d’Emeraude Littéraire :

« Je ne sais pas dire je t’aime » est un petit roman feel-good plutôt frais de Nicolas ROBIN publié aux éditions Livre de Poche, qui traite de l’amour et de tout ce qui l’entoure. Lire la suite « « Je ne sais pas dire je t’aime » – Nicolas Robin – Ed. Livre de Poche »

BD

« Marsupilami : Coeur d’étoile » – Batem & Colman – Ed. Dupuis

Résultat de recherche d'images pour "Marsupilami  coeur d'étoile"Quatrième de couverture :

« Une grosse déception attend les auteurs des aventures du Marsupilami, de retour dans la jungle pour prendre des nouvelles de leur héros : le nid des marsupilamis est fermé, et toute la petite famille, partie pour une destination inconnue !
Heureusement, les retrouvailles avec les Chahutas sont comme toujours chaleureuses. Face à l’insistance des enfants, les deux auteurs se lancent dans des histoires de plus en plus merveilleuses sur le Marsupilcoatl, qui ravissent tout le village. Pendant ce temps, les marsupilamis arrivent, après un long périple, sur les rives du lac Harum-Bayac. Mais ils ne sont pas seuls au rendez-vous : de Mars le Noir au vieux marsupilami de Baby Prinz, la grande famille des marsupilamis s’est donné rendez-vous pour fêter un événement exceptionnel… »

Couverture

J’ai été tout de suite attirée par la couverture de cette bande-dessinée qui m’a donné l’envie d’avoir la tête dans les étoiles et de redécouvrir par la même occasion un héro (ou une créature) de mon enfance. J’ai apprécié la simplicité de la police d’écriture du titre qui permet à la couverture de s’imposer d’elle même et de mettre en avant le personnage principal qu’est le Marsupilami. Le bleu nuit fait bien ressortir le jaune culte de ce dernier. Un beau travail de l’illustrateur belge Batem et de Cerise pour les couleurs 🙂

L’avis d’Emeraude Littéraire :

Première découverte du Marsupilami en BD aux éditions Dupuis, je ne le connaissais que par dessin-animé ou par film, et je suis (encore une fois) agréablement surprise :). L’histoire se lit facilement, les couleurs sont agréables et les personnages plein d’humour. Lire la suite « « Marsupilami : Coeur d’étoile » – Batem & Colman – Ed. Dupuis »

Fantastique·Fantasy·Roman·Roman Jeunesse

« Rozzen T1 » – Laeticia Danae – Ed. Plume Blanche

Résultat de recherche d'images pour "Rozzen Laeticia DANAE"Quatrième de couverture :

« Rozenn Kaplang est une djinn. Durant de longues années, son peuple a souffert de la domination des dagnirs, mais si l’esclavage est officiellement aboli, la liberté, elle, garde un goût amer. Et si une union entre princes et princesses de ces différentes tribus permettait de tirer un trait sur un douloureux passé ? »

Couverture :

On doit la couverture à l’illustratrice Patricia LO . On ressent l’univers oriental avec les couleurs chaudes, les bijoux que porte notre héroïne au centre, la fiole qui rappelle le fluide bleu, une notion que l’on retrouve au cours de l’histoire, et l’entrave en arrière-plan. J’aime cette couverture aérée et pourtant pleine de sens une fois le livre refermé. Tout est accessible et visible, les écritures ne sont ni trop grandes ni trop petites. Je vous invite à visiter le site de cette illustratrice qui propose un très joli port-folio sur son site ici 🙂

L’avis d’Emeraude Littéraire :

Un gros coup de coeur pour ce roman de Laeticia DANAE, publié aux éditions Plume Blanche, dont je découvre le travail avec émerveillement. Ce roman faisait notamment parti de la box Mille et Un livres de Juillet 2018 😉 .  Lire la suite « « Rozzen T1 » – Laeticia Danae – Ed. Plume Blanche »

Manga

« Somali et l’esprit de la forêt T1 » – Yako Gureishi – Ed. Komikku

Résultat de recherche d'images pour "somali esprit foret"Quatrième de couverture :

Le monde n’appartient plus aux humains qui sont en voie d’extinction mais aux non-humains qui les dévorent ou en font leurs animaux de compagnie. Golem est l’esprit de la forêt et il a pour mission de la garder et de la protéger. Il ressemble à un robot et il ne ressent ni la douleur, ni les émotions. Un jour, il va faire la connaissance de Somali, une jeune humaine, et contre toute attente il va se prendre d’affection pour elle. Il va alors décider de l’aider à trouver les autres humains et ensemble ils vont commencer un long voyage plein d’aventures et de rencontres extraordinaires. Mais les jours de Golem sont comptés car il n’a qu’un an et 112 jours à vivre. Parviendra-t-il à confier celle qui l’appelle  » Papa  » à ses semblables avant de disparaître ?

Couverture :

Une très jolie couverture qui met au premier plan Somali et le Golem, à l’allure squelettique. L’environnement autour représente bien la forêt, avec sa faune et sa flore. Je trouve que c’est une couverture très fraîche, colorée et qui donne envie de se balader. L’ensemble des illustrations sont l’œuvre de Yako Gureishi.

L’avis d’Emeraude Littéraire :

J’ai découvert « Somali et l’esprit de la forêt » publié aux éditions Komikku sous les recommandations d’un libraire fan de manga. Lire la suite « « Somali et l’esprit de la forêt T1 » – Yako Gureishi – Ed. Komikku »

Feel Good·Roman

« La Petite boutique Japonaise » – Isabelle Artus – Ed. J’ai Lu

Résultat de recherche d'images pour "la petite boutique japonaise"Quatrième de couverture :

« La jolie Pamela qui – allez savoir pourquoi – voulait devenir geisha, grandit dans un pavillon à Melun-Sénart. Autant dire que ce n’était pas gagné d’avance. Pendant ce temps, après une enfance morose rythmée par les épisodes de la série Kung Fu, le jeune Thad fini par devenir un homme… de main. Leur histoire vous apprendra que pour trouver l’amour, il faut d’abord se connaître soi-même et en passer par maintes aventures et autres rebondissements au pays du Soleil levant. »

Couverture :

Je ne connaissais pas ce roman et je dois dire que la couverture a joué dans ma décision d’achat. Je la trouve tout simplement solaire, attirante avec cet encadrement rouge, le soin apporté à cette dernière mérite d’être notifiée. Bravo au studio de création J’ai Lu qui ont travaillé à partir de Apple Art, Adeholdar et Shutterstock. J’aurai davantage appuyé le côté Geisha plutôt que le côté touriste du personnage central de la couverture mais globalement l’image nous invite bien au voyage vers le pays du soleil levant. 

L’avis d’Emeraude Littéraire :

J’ai découvert « La Petite Boutique Japonaise » de Isabelle Artus aux éditions J’ai Lu (paru préalablement aux éditions Flammarion) en parcourant les feeds d’Instagram et je ne regrette pas mon achat. Lire la suite « « La Petite boutique Japonaise » – Isabelle Artus – Ed. J’ai Lu »